Artisan Joaillier et boutique médiévale féérique

Fleur grande fée boule

35,00 

Fleur grande fée boule

Grande fée en résine, sur boule de verre, peinte avec précision. Du haut de ses 23,50cm, elle veillera sur vous et votre maison.

Disponible sur commande

Fleur grande fée boule

Grande fée en résine, sur boule de verre, peinte avec précision. Du haut de ses 23,50cm, elle veillera sur vous et votre maison.

Fleurs

Les Fées des fleurs, veillent à la croissance et à la bonne santé des plantes d’agrément. Elles font leurs toilette, les parfument et peignent un à un leurs pétales. Haute de quelques centimètres à peine, pourvue d’ailes translucides qui brillent au soleil, ces fées là volent comme des papillons. C’est ainsi que chaque type de fleurs est dévolue une fée gardienne. La fée du rosier est gracieuse et fragile, auréolée d’une douce lumière. La fée de la ciguë, en revanche, ressemble a un squelette, rappelant ainsi les propriétés toxiques de la plante. Les fées vivent donc en osmose étroite avec le monde végétal, qu’elles revivent en permanence grâce à leur énergie éthérique et spirituelle. Elles aident à transmuter les éléments chimiques;Elles catalysent l’énergie de l’atmosphère afin de la rendre assimilable par les fleurs. Les fées des fleurs sont donc les anges gardien des plantes, et tout jardinier doit d’avantage croire en elles, si il veux avoir un beau jardin.

Une fée est un être légendaire, généralement décrit comme anthropomorphe et féminin, d’une grande beauté, capable de conférer des dons aux nouveau-nés, de voler dans les airs, de lancer des sorts et d’influencer le futur. L’idée que l’Homme se fait des fées varie selon les cultures et les pays : revenantes, anges déchus, élémentaires ou même humaines, minuscules ou immenses, toutes sont étroitement liées aux forces de la nature et au concept de monde parallèle. La Befana, la Dame blanche, les sirènes, les nymphes, Morgane, Viviane et une grande variété d’êtres et de créatures généralement féminines peuvent être considérés comme des « fées ». Les Anglo-Saxons utilisent le nom « fairies » pour désigner les fées, mais également toutes les petites créatures anthropomorphes du folklore païen telles que les lutins, les nains et les elfes.

Issues des croyances populaires et de mythologies anciennes, de la littérature inspirée du folklore et des contes celtiques ainsi que d’anciennes divinités, les fées sont une création de l’Occident médiéval. Elles jouent des rôles très variés. Si certaines aident, soignent, guident des personnes ou leur fournissent des armes enchantées, d’autres fées sont plus connues pour leurs « tours », leur habitude de danser en cercle et d’enlever des personnes, en particulier les nouveau-nés humains qu’elles remplacent par un changeling. Douées de facultés magiques, elles se déguisent et modifient l’apparence de ce qui les entoure.

Dès le xiie siècle, deux grandes figures féeriques se distinguent dans la littérature d’Europe de l’Ouest : la fée marraine et la fée amante. Bien connues de la littérature médiévale, les fées disparaissent des récits à l’arrivée de la Renaissance, pour réapparaître sous de nouvelles formes dans Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, et les contes merveilleux qui modifient leur taille, leur apparence et leur symbolique. Les petites fées anglo-saxonnes sont popularisées durant l’époque victorienne, notamment par la peinture féerique. Les fées font toujours partie intégrante des croyances populaires dans les régions de culture celte, en Islande et dans toute la Scandinavie, où des précautions à tenir envers elles sont popularisées par le folklore. Elles restent connues des folklores allemand, français et wallon, bien que les croyances aient largement reculé au xxe siècle. De tous temps, des personnes ont affirmé voir les fées, communiquer avec elles et invoquer leur aide ; en Angleterre, l’affaire des fées de Cottingley entraîne un long débat sur la réalité de leur existence.

Les fées sont désormais des personnages incontournables de la littérature fantastique et fantasy et du cinéma, entre autres grâce à Walt Disney qui les a largement popularisées aux États-Unis, et à des films comme Dark Crystal. Elles intéressent des chercheurs comme Katharine Mary Briggs, des illustrateurs tels que Cicely Mary Barker, Brian Froud et Alan Lee, ainsi que des conteurs comme l’elficologue Pierre Dubois à qui l’on doit, en France, la redécouverte du folklore qui leur est lié.

 

N’oubliez pas de nous suivre sur notre page Facebook.

Poids 2 kg

Avis


Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.