Artisan Joaillier et boutique médiévale féérique

Épée bâtarde d’entraînement

75,00 

Épée bâtarde d’entrainement Cold Steel

Intégralement en polypropylène, idéale pour l’entraînement à l’escrime médiévale ou pour l’entraînement au béhourd.

 

Plus que 2 en stock

UGS : CS92BKHNH Catégories : , Étiquettes : , ,

Épée bâtarde d’entraînement

Cette épée bâtarde d’entrainement de marque Cold Steel est en polypropylène. D’une solidité à toute épreuve, cette épée est d’une qualité remarquable, légère et maniable elle vous offre à l’entraînement les mêmes sensations qu’une véritable épée bâtarde.  longueur totale 103 CM

Cold Steel est le nom d’un fabricant américain d’armes blanches. Cold Steel offre une large variété de produits, de la coutellerie destinée à la cuisine, aux couteaux de combats en passant par les épées et les armes d’entraînement. Réputée grâce à la qualité de ses produits et à la résistance de ses lames, c’est une des grandes marques de la coutellerie et de l’arme blanche.

Cold Steel a conçu ici une arme d’entraînement idéale à bas prix et imperméable aux intempéries. La gamme Cold Steel des armes d’entrainement sont en polypropylène de qualité  afin de reproduire le plus fidèlement possible les différentes armes dans leur forme, leur poids et leur prise en main. Presque aussi rigide que du bois, ces armes d’entrainement sont pratiquement incassables.

L’épée bâtarde est une épée à une main et demie, en usage principalement entre 1350 et 1550. Dérivée des épées longues (longswords), elle finit par remplacer totalement celles-ci, et le terme devient quasi-synonyme. En plus de la longueur de la fusée, il est possible d’effectuer une distinction sur la forme de la garde, qui est droite sur les épées plus anciennes, et plus typiquement de forme rhomboïde sur l’épée bâtarde.

L’épée bâtarde peut être désignée comme un sous-type de longsword, ce dernier terme désignant plus largement les épées du Moyen Âge dont la nomenclature peut inclure l’épée bâtarde ou l’épée à deux mains de la renaissance (zweihänder ou espadon) .

La seconde main se positionne sur le bout de la poignée et le pommeau, mais l’arme peut également être utilisée à une main selon les coups, ou en combinaison avec un bocle, un petit bouclier tenu au poing. Cette évolution accompagne l’abandon progressif du bouclier (écu, puis targe) avec l’amélioration de l’armure, en particulier la plate, qui protège suffisamment le combattant pour lui permettre d’user d’armes à deux mains. De plus, la recherche d’armes plus longues, plus adaptées à l’estoc, et capables de coups à deux mains est motivée pour contrecarrer cette armure. L’escrime se modifie également, et l’épée est davantage utilisée pour parer les coups de l’adversaire, alors que cet usage semble généralement réservé au bouclier dans les périodes précédentes. Néanmoins, les maîtres d’escrime médiévaux semblent privilégier l’évitement et l’évasion des coups davantage que parer comme dans l’escrime contemporaine. La pointe sert pour l’estoc, qui prend de plus en plus d’importance jusqu’à l’évolution de l’épée en rapière. La coupe des coups de taille est réalisée avec le « faible », une zone de la lame légèrement en retrait de la pointe qui s’étend sur le tiers avant ou la moitié de la lame. L’épée bâtarde peut être utilisée pour parer avec le « fort », la partie inférieure de la lame, ce qui conduit plus tard à l’absence de lame ou une section plus épaisse sur cette partie sur certaines épées qui lui succèdent.

La désignation des épées à une main et demie comme « bâtarde », peut venir de cet usage entre l’épée à une main et celle à deux mains. Une autre explication possible est qu’en tenant l’épée aussi avec la main gauche, le combattant ne peut plus porter l’écu où est peint son blason, et le chevalier abandonne ainsi ses couleurs ; c’est pourquoi, dans toute l’Europe, on nomme cette arme, avec dédain, la “bâtarde”

Voir les autres armes d’entrainement

Poids 2 kg
Dimensions 33 x 125 x 22 cm

Avis


Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.