Artisan Joaillier et boutique médiévale féérique

Décapsuleur mural Pirate

39,00 

Les décapsuleurs, c’est un petit peu comme les clés. Quand on en a besoin, c’est à ce moment précis qu’ils se cachent !
Grâce au décapsuleur mural, vous pourrez désormais contrer cette malédiction bien connue de tout buveur de bière jouant à domicile.

couleur bronze patiné

En stock

Décapsuleur mural Pirate

Décapsuleur mural Pirate

Les décapsuleurs, c’est un petit peu comme les clés. Quand on en a besoin, c’est à ce moment précis qu’ils se cachent !
Grâce au décapsuleur mural, vous pourrez désormais contrer cette malédiction bien connue de tout buveur de bière jouant à domicile.

Voir les autres modèles

Le mot « pirate » vient du latin pirata (« celui qui tente la fortune, qui est entreprenant ») − attesté depuis Cicéron − qui s’est imposé devant le terme praedo maritimusPirata est un emprunt au grec πειρατής (peiratês), c’est-à-dire « brigand, bandit qui court les mers pour attaquer les navires », mot avec spécialisation de sens dérivé du verbe πειράω (peiraô) signifiant « s’efforcer de »« essayer de »« tenter sa chance à l’aventure ». Cicéron déclare les pirates de l’Antiquité « ennemis communs à tous » (communis hostis omnium) car ils échappent aux catégories habituelles du droit. Au Moyen Âge, la signification du terme « pirate » se restreint pour désigner plus spécifiquement des bandits qui parcourent les mers pour piller des navires marchands.

C’est la littérature du xixe siècle (notamment L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson) qui met en place les stéréotypes actuels : pirate buvant du rhum et maniant le sabre marin, à l’œil borgne caché par un bandeau noir et le perroquet sur l’épaule, au crochet à la main et la jambe de bois, à l’anneau dans l’oreille et pratiquant la torture (cette brutalité provient de l’unique source narrative du xviiie siècle Histoire générale des plus fameux pirates du capitaine Charles Johnson). Par contre, il est avéré que la vie à bord du bateau pirate est plus aisée que sur un bateau marchand : l’équipage est nombreux, sans contraintes horaires, avec une hiérarchie moins pesante car il obéit à un « code d’honneur » et à des règles démocratiques. De même est attesté le Jolly Roger (qui pourrait venir du français joli rouge), le pavillon de pirates noir ou rouge orné d’une tête de mort surmontant deux tibias entrecroisés, selon la représentation classique ; mais il y avait parfois des squelettes, des armes, des sabliers et parfois le capitaine lui-même (tel celui de Barbe Noire).